RSS

Archives de Catégorie: Rob Thurman

Mes acquisitions de la semaine

Cette semaine, un livre indispensable, un livre totalement indispensable, et un livre qui me faisait de l’oeil …. epées, armes à feu et pouvoirs psy au programme! Ma PàL commence à avoir du mal à suivre.

 

 

Cal Leandros t.7 : Doubletake – Rob THURMAN [VO]

Half-human/half-monster Cal Leandros knows that family is a pain. But now that pain belongs to his half-brother, Niko. Niko’s shady father is in town, and he needs a big favor. Even worse is the reunion being held by the devious Puck race – including the Leandros’ friend, Robin– featuring a lottery that no Puck wants to win.

As Cal tries to keep both Niko and Robin from paying the ultimate price for their kin, a horrific reminder from Cal’s own past arrives to remind him that blood is thicker than water…

And that’s why it’s so much more fun to spill.

 

Traduction maison

 

Mi humain – mi monstre, Cal Leandros sait que la famille est une plaie. Mais cette fois cette plaie est celle de son demi frère, Niko. Le mystérieux père de Niko est en ville, et il réclame une importante faveur. Pire encore est la rénion tenue par la retorse race des Pucks, y compris Robin, l’ami des Leandros, pour une loterie à  laquelle aucun d’entre eux ne veut gagner.

  Alors que Cal tente de préserver Niko et Robin de faire l’ultime sacrifice pour leur clan, un terrible souvenir du passé de Cal refait surface pour lui rappeler que le sang est plus épais que l’eau…

Et c’est pourquoi c’est beaucoup plus drôle de le répandre

 

Enfin le 7eme volume des aventures des frères leandros. Je ne m’en lasse pas même si j’ai du prendre la version numérique.

Le volume 6 avait laissé Cal face à un problème : créer des portes renforce en lui sa nature Auphe, jusqu’à étouffer sa nature humaine. Pour sauver Niko, il avait accepté de courir ce risque et Rafferty avait bloqué sa capacité à produire des portes afin de le préserver.

Quelques mois plus tard, la vie est presque normale pour Cal et Niko. Chercher des démons, trouver des démons, parfois tuer des démons, écouter les discours émerveillés de Robin sur sa toute nouvelle relation monogame, et laisser se poursuivre l’idylle entre Niko et Promise. C’était avant le drame.

Soudain, la population surnaturelle de la ville quitte new york, et Robin vient demander aux frères Leandros de s’occuper de tenir la réunion qui doit réunir tous les pucks, qui a lieu environ tous les 70 ans. Voila donc la cause de l’exil des démons qui sont parfaitement au courant que les Pans ne sont pas très regardant quand il s’agit de trouver un partenaire sexuel. Ou plusieurs.

Voila donc Cal obligé de tenir secrète sa nature et Niko obligé de repousser les avances des Pucks. Avec son épée ^^’

Et pour terminer cette journée, la copie conforme de Niko se présente a la porte des deux hommes ; il s’agit d’Emilio Kalakos, le père de Niko, qui vient demander de l’aide pour retrouver Janus, le fardeau du clan Vayash.

Si Niko et Cal sont tentés de refuser, l’arrivée soudaine de Janus, une armure animée indestructible, les force à coopérer. Sans compter l’entrée en scène de Grimm qui se déclare le frère de Cal et entend bien recréer la race des Auphe avec l’aide de ce dernier.

De nouveau, comme dans Deathwish ou Blackout, c’est la famille qui est mise en avant. Que ce soit Kalakos, guerrier émérite, pourvu (ou pas ) de son propre sens de l’honneur, ou les Puck dont le mode de reproduction est enfin révélé, du moins partiellement, la famille n’apparait que comme une sorte d’obligation à laquelle un code morale universel pousse a obéir.

Mais plus que tout, c’est la relation Cal / Niko qui semble encore se renforcer, et l’amour que se porte les deux frères semble confiner à une sorte dépendance mutuelle. D’un coté comme de l’autre, rien ne peut se mettre sur le chemin de l’un des deux si l’autre est en danger, quelques soient les risques. Et de nouveau se pose la question pour Cal : que fera t il si il a hérité de la longévité des Auphes ? Pourra t il voir son frère vieillir et disparaitre alors que la moindre écorchure subie par Niko le panique ?

Entre la volonté du père de reprendre son fils, celle de Robin de se venger à sa façon des moqueries de Cal, et la propre rancune de Cal à l’égard d’Emilio, trouver Janus et échapper à Grimm, le tout sans perdre son âme et sans laisser l’Auphe en lui prendre le pas et menacer tout ceux qu’il aime.

Un volume plus long à lire que les précédents qui révèle quelques nouveaux éléments de l’enfance des frères Leandros, et du clan Vayash. On en apprend plus également sur les origines de Robin et sur son caractère, mais également sur l’attachement qu’il a pour les deux humains. Au bout du compte, la notion de famille est remise en question pour trouver une nouvelle définition.

Et Promise me direz vous ? elle n’est pas très présente, mais quand elle l’est, elle ne passe pas inaperçue.

Bref, Rob Thurman continue à construire son monde (et si j’ai bien compris avec une allusion à son autre série, Trickster, que je n’ai pas encore lue) L’arrivée de Grimm en nouvel ennemi récurrent ne change pas beaucoup des Auphes et une question plane concernant George : qu’est il arrivé au premier amour de Cal ?

Du bon Thurman, même si le lui ai préféré le précédent et que mon favori restera Deathwish !

 

Chimera – Rob Thurman (VO)

Chimera «  10 ans plus tot, le jeune frère de Stefan Korsak a été kidnappé. Personne n’avait jamais su qui l’avait enlevé ni pourquoi. Il avait simplement disparu. Mais pas un jour n’était passé sans que Stefan ne pense à lui. Figure montante de la mafia russe, il finit par le retrouver.

 Mais au moment de secourir Lukas, il doit se rendre à la terrible réalité : son frère n’est plus son frère. C’est un tueur. Entrainé. Embrigadé, et génétiquement transformé en une machine faite de chair et de sang programmée dans un seul but : assassiner. Et maintenant, ceux qui l’ont crée feront tout pour le récupérer.

 Et plus Stefan se rapproche de son frère, plus il se rend compte que sauver Lukas pourrait être bien plus facile que de lui survivre …. »

 

 

 

 

Basilisk : « D’aussi loin qu’il se souvienne, Lukas Korsak a toujours été quelqu’un d’autre. Enlevé étant enfant et renommé « Michael » par l’Institut, il a été transformé en chimère, capable de tuer d’un simple contact, jusqu’à ce que son frère, Stefan, le retrouve et le secourt trois ans plus tôt. Ils avaient alors décidé de revenir pour sauver et soigner les autres enfants qu’ils avaient du laisser derrière eux.

  Mais à présent, ils sont à court de temps. Le  savant fou qui a crée Michael a également crée quelque chose d’encore plus extraordinaire. Un être qui peut tuer d’un contact …. D’un regard … et même d’une pensée.

 Les frères Korsak doivent découvrir si cette nouvelle chimère peut être arrêtée. Si ses plans peuvent être contrecarrés. Si la mort elle-même peut être soignée.

   Cette nouvelle espèce de tueur n’est pas de cet avis, et ses pensées sont du genre à ne laisser personne survivre … »

Voila l’une des bonnes surprises de l’année 2011, qui en fut riche. La série Chimera de Rob Thurman, est inédite en France et c’est bien dommage. L’histoire tient en deux livres d’un peu plus de 300 pages et raconte les aventures de Stefan et Lukas « Michael » Korsak, les deux fils d’un parrain de la mafia russe installé aux Etats-Unis. Alors qu’il a 14 ans, Stefan voit son jeune frère, Lukas, être enlevé sous ses yeux. Depuis, il n’a eu de cesse de le retrouver et engage Saule Skoczinsky pour retrouver son frère en insistant sur cette particularité : Lukas a les yeux vairons. Lorsque Saul retrouve Lukas, Stefan décide de monter une opération pour le sortir de son école à machines à tuer : l’Institut.

Mais voila : le parrain pour qui travaille Stefan est assassiné, et sa vie est menacée tant par la mafia russe, dont il est en partie protégé par le nom de son père, que par le créateur de l’Institut, qui veut récupérer Lukas. Et par-dessus tout ça, Lukas ne se rappelle pas de lui et se nomme à présent Michael. Cependant, les deux frères partent ensemble sur les routes pour échapper à leurs poursuivants.

Telle est le départ de cette histoire. Et force est d’avouer que tout au long du roman, Rob Thurman sait parfaitement mettre en scène les sentiments de ses deux héros, que ce soit l’espoir et la joie de Stefan à retrouver son frère, ou la méfiance et l’affection que Michael commence à lui porter.

Et entre tout ça, l’auteur sait parfaitement comment rédiger des scènes d’action, et pas un temps mort n’est à déplorer jusqu’à la révélation finale du premier volume.

Chaque livre porte sur l’un des frère Korsak, étudiant plus particulièrement la façon dont ils sont attachés l’un à l’autre, voir même dépendants. Ce n’est certes pas une originalité du genre « bromance » mais la encore, comme dans Cal Leandros par ailleurs, Rob Thurman sait parfaitement intégrer ces sentiments à ses scènes d’action. D’ailleurs, à plus d’un titre, on retrouve dans Stefan et Misha le duo Niko/Cal. Et la même question chez les deux benjamins : comment être humain ?

On ne peut trop en dire sans révéler le fin mot de l’histoire, ce qui serait dommage. Mais cette minie série est passionnante et je ne serai pas contre une suite, même si elle serait sans doute difficile a mettre en place vu la fin du second volume. Mais je fais confiance à l’auteur pour ça si l’envie l’en prend !

Pour ceux qui seraient tentés, l’anglais utilisé dans Chimera est parfois familier, ce qui peut rendre la lecture laborieuse au début quand on n’a pas l’habitude, mais on s’y fait vite et dans l’ensemble je n’ai pas eu de réel problème linguistique malgré mon niveau scolaire.

Bref, une lecture que je recommande chaudement, et qui ravira les fans de science fiction génétique!

 
 

Cal Leandros 3 : Madhouse – Rob Thurman

Mon frère a passé une vie, la mienne en fait, à me répéter que j’étais normal, que je n’étais pas un monstre. Avec son aide, j’ai finalement réalisé qu’aussi longtemps que je me rappellerai qui j’étais, je pourrai survivre à ce que j’étais. Que ce n’étaient que de mauvais gènes … »

 

 Le demi humain Cal Leandros et son frère, Niko, ne roulent pas vraiment sur l’or avec leur agence de détectives surnaturelle. Qui aurait pu penser que le travail manquerait à New York ou les vampires, les trolls et d’autres créatures sont légion ?

 Mais il y a à présent un nouvel arrivant dans la Grosse Pomme. Un démon malveillant aux pouvoirs ancestraux, décidé à entrer dans l’histoire dans une orgie de sang et de meurtre, s’en prend aux humains comme à du bétail. Et pour Cal et Niko, c’est un chèque qu’ils vont devoir gagner …. S’ils survivent assez longtemps pour le réclamer.

.

Madhouse reprend nos héros 6 mois après les événements de Moonshine. Niko en a gardé une cicatrice, et Cal une peur panique de perdre son frère. Il a également une peur quasiment égale de perdre Georgina, et que les Auphes ne s’attaquent à elle si ils ont une liaison. Ça et le fait qu’il ne veut pas d’enfant qui risquent d’être encore plus auphe que lui. Il décide donc de tout faire pour s’éloigner.

Dans le même temps, Robin se propose d’être son « parrain » en lui trouvant une fille qui voudrait de lui malgré son ascendance, de façon a satisfaire les hormones du jeune homme qui s’éveillent.

Bref, la vie pourrait être simple, du moins vu les critères des frères Leandros, si Promise ne leur présentait pas Sangrida Odinsdottir, une valkyrie occupant le poste de conservateur au muséum de New York. Les cendres de Sweaney Beane ont disparu, et il y a de fortes chances que l’entité soit revenue parmi les vivants.

Et quand Robin est la cible d’une tentative d’assassinat, les choses ne s’arrangent pas.

Pour les aider, Cal et Niko pourront compter sur Promise et Robin bien sur , mais aussi sur Delhila, la louve, Wahanket , la momie, et Dame Boggle (comme la nommer autrement ? ^^ ) Ajoutons à cela un esprit guérisseur japonais, un Peri caractériel, et la petite bande est au complet.

Ce livre fait la part belle à Robin, et à ce qu’il peut ressentir. Le Pan est plus finement décrit que dans les épisodes précédents, toujours tiraillé entre sa nature, qui le pousse à voler , tricher et aller voir dans tous les draps qu’il trouve, et sa loyauté envers les frères Leandros, même s’il passe moins de temps à courir après Niko. Néanmoins, dans l’éloignement qu’il provoque avec eux, on sent l’affection qu’il leur porte.

Sa relation avec Ishiah est toujours aussi floue, et semble aller du glacial au chaud sans qu’aucun des deux ne veuillent en déclarer la nature.

De leur coté, Niko et Promise vivent leur petite idylle sans déranger personne, mignons, sages, logiques et discrets. Egaux à eux même !

Niko , d’ailleurs, est beaucoup moins omniprésent dans cet opus, beaucoup plus tourné vers Cal (la preuve, il ne manque pas de se faire tuer ! du moins pas plus que d’habitude ^^) Il reste  un kung fu master dont le but est de focaliser et au besoin de botter les fesses de Cal qui en a parfois bien besoin. Encyclopédie vivante, maitre du combat, zen comme c’est pas possible, Niko est peut être le moins humain des trois, même s’il est capable de tout pour Cal !

Cal enfin traverse sa première vraie crise et ses choix s’avéreront décisifs pour sa vie :  sa relation avec George, son aptitude a créer des portails, son sens olfactifs seront autant de choix qu’il devra faire pour sa vie et celle de ceux à qui il tient, à commencer par George dont il est bien décidé à s’éloigner afin de la protéger de la vengeance des Auphes, et d’éviter que leur relation n’aboutisse a un enfant qui aurait la même hérédité que lui. Car Cal doit également faire avec la folie meurtrière du peuple de son père qui dort en lui.

C’est également le moment ou il découvre les femmes avec l’aide pour le moins enthousiaste de Robin.

Pas de scène Chaude chez Thurman. Elle se contente d’une ellipse pudique sur ce que font ses personnages et c’est tant mieux. Des scènes plus intimes ne feraient qu’alourdir un récit fait pour l’action.

Enfin ce livre introduit de nouveaux personnages qui auront leur importance par la suite : Delhila, la louve totalement amorale dont le seule crédo est « je veux, je prends ! » et qui a jeté son dévolu sur Cal, Ishiah, le Peri dont le mauvais caractère n’a d’égal que le mystère de sa relation ave Robin, et Wahanket, la momie vivante qui s’ennuie sous les salles du musée.

On notera que les auphes sont les grands absents de ce volume, mais entre Swaney et les revenants, nos héros ont déjà fort à faire !

J’ajouterai qu’ayant lu ce livre en version original, certains passages m’ont échappé. Rob Thurman use d’un vocabulaire familier qui n’est pas appris a l’école, mais l’ensemble reste compréhensible.

Pour terminer, je dirai qu’il s’agit d’un bon volume, pas le meilleur de la série mais nécessaire pour le tournant que prend la vie de notre héros. A lire sans complexe si on est familier de la langue de Shakespeare !