RSS

Archives de Catégorie: Romance Paranormale

la meute du Phénix, T. 1 : Trey Coleman – Suzanne WRIGHT

1309-phenix1_orgDate de Parution : 27/09/2013
Editions : Milady
Format : broché (poche)
Nombre de Page : 576 pages
Statut : disponible

« Des cendres de la meute renaîtra l’amour.

Incapable de se transformer en louve, Taryn Warner a toujours été méprisée par sa meute malgré son puissant don de guérison. Quand son père décide de l’unir de force à Roscoe Weston – un Alpha violent et dominateur qui lui promet de la briser – , Taryn refuse de se soumettre.

C’est alors que Trey Coleman, dangereux Alpha connu pour sa sauvagerie, lui propose un marché : s’unir – temporairement – à lui. Il y gagnerait une alliance et elle sa liberté. Mais faire semblant comporte aussi des risques. D’autant que leur attirance l’un pour l’autre semble hors de contrôle… »

Voici un livre qui se résume vite : « baise moi » « je vais te baiser » « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. »

Alors a présent que l’histoire, fin comprise, est connue, passons au détail. La aussi, ce sera rapide. Car de détail il n’y a point. Taryn est une louve latente : elle ne peut pas se transformer bien que sa louve rode dans son .. esprit ? karma ? sous sa peau ? Allez savoir. Bref, bien qu’étant une puissante soigneuse, son père la méprise et a décider de joindre l’utile à l’agréable en la mariant au chef d’une autre meute contre une alliance.  Taryn étant une demoiselle indépendante, elle refuse et songe a s’enfuir.

17403601De son coté, Trey est un chef de meute considéré comme psychopathe, qui domine une petite meute d’une dizaine de personne. Petite meute, mais territoire recherché. Aussi quand il rencontre Taryn par accident, lui propose t il d’en faire sa compagne. Elle sera libérée de son promis, et il aura une alliance pour protéger ses terres.

Après environ 10 pages, on sait comment va finir le livre, qui est âme sœur avec qui, le seul mystère étant de savoir qui est le traître, mais la lecture est tellement laborieuse qu’on s’en moque. Le challenge est de finir le livre.

En dehors d’une histoire sans grande originalité, ce livre souffre d’une vulgarité qui dérange la pudibonde que je suis. L’interaction entre les deux héros se résume en effet à des propositions du type de celles évoquées dans le résumé ( à savoir qu’elle sollicite une union purement charnel sans implication émotionnel, et qu’il lui garanti qu’il lui donnera ce qu’elle demande au delà de ses espérances, dans des hautement romantiques.) le terme « baiser » est donc omniprésent  et décliné dans tous les temps de l’indicatif. Et il ne s’agit pas de baise main élégant. Ajoutez à cela une description précise de ce qui peut se passer quand on laisse un homme et une femme qui n’ont qu’une idée en tête dans une chambre et voila, on a fait le tour du livre.

Bref, si la couverture est réellement belle, le contenu est décevant, et même assez vide. Par principe, et en partant de l’expérience Dante ( le premier volume des Gardien de l’éternité, qui m’avait déçu), j’achèterai le second tome de cette meute du Phénix.

Bref, à réserver aux amateurs de romance paranormale tendance (mauvais) érotisme.

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 décembre 2013 dans Romance Paranormale

 

Queen Betsy t.1 : vampire et célibataire – MaryJanice DAVIDSON

1307020849069207211345526Date de Parution : 18 février 2011
Editeur : Milady
Format : poche
Nombre de Page : 384 pages
Statut : Disponible

Il y a quelques temps, je vous parlais de mon enthousiasme modéré pour la romance. Cependant, j’ai changé d’avis. Il y a pire. Il y a visiblement la chick-lit. Comment m’est venue cette certitude ? c’est simple, j’ai tenté de lire Queen Betsy. Et j’ai du tenir deux chapitres. Mais reprenons depuis le début.

« Mourir, ça fait réfléchir… Par exemple, cette semaine, j’ai perdu mon boulot, je suis morte dans un accident et, quand je me suis réveillée à la morgue, j’étais devenue une vampire. Bon, il y a des côtés positifs : je suis désormais super forte et les hommes semblent bien plus sensibles à mon charme de suceuse de sang. Il faut juste que je m’habitue à mon nouveau régime liquide…
Autre problème : mes amis du monde de la nuit disent que je suis une sorte de reine annoncée par une prophétie ridicule. Ils ont besoin de moi pour renverser un vampire assoiffé de pouvoir, au look trop ringard ! Le cadet de mes soucis ! Sauf qu’ils ont des moyens de pression efficaces, comme la nouvelle collection Manolo Blahnik ; une fille qui se respecte ne peut pas dire non… »

Alors résumons : une fille aime ses chaussures et son reflet dans le miroir. Elle aime aussi les chaussures chères. Elle meurt, et se réveille a la morgue avec des chaussures moches parce que sa belle mère lui a piqué ses belles chaussures.
et entre les deux elle parle de ses chaussures.

Alors c’est bien gentil de parler chaussures, mais ça lasse. Du coup je ne sais pas ce qui se passe après parce que j’ai refermé le livre et suis passée à autre chose. Pourtant le style est amusant, énergique, mais impossible de s’attacher à cette fille superficielle.
Bref, un livre que je suis contente d’avoir obtenu dans une opération « deux achetés, un offert »

Cependant, et je tiens a le préciser, c’est la une question de goût et les amateurs de chick-lit ne pourrons qu’être enthousiastes.

A réserver aux amateurs.

 
 

Les Gardiens de l’Eternité, t.8 : Ariyal – Alexandra IVY

GE 8 - Ariyal

Date de Parution : 29/03/2013
Editeur : Milady
Collection : Bit-lit
Format : Poche
Nombre de Page : 456 pages
Statut : Disponible

« Elle le traquait, il l’a conquise.
 Pour éviter le bannissement aux Sylvermyst, ces sinistres cousins des faes, Ariyal s’était vendu à Morgane. Affranchi après des siècles du joug de cette impitoyable maîtresse, il doit affronter un nouveau danger : Jaelyn, une guerrière vampire, envoyée pour le capturer. Il devrait la tuer sans hésiter. Pourtant, il ne peut se résoudre à la blesser.
Et tandis que les deux ennemis s’allient pour empêcher la réalisation d’une terrible prophétie, une dangereuse passion naît entre eux… scellant leurs destinées. »

Voici donc le 8 volume de l’univers des Gardiens de l’Eternité. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il laisse un arrière gout de fouillis général.

ATTENTION SPOILER

Et avant toute chose, il convient de préciser que si ce livre peut se lire sans trop de difficulté à comprendre la trame du volume, il est tout de même recommandé d’avoir lu la série depuis le début puisqu’il est fait allusion à la rencontre de Dante et Rafael (« Dante », vol. 1), aux oracles (« Cezar », vol 4), aux jumeaux (« Tane », vol. 7), au seigneur sombre (« Dante » et « Salvatore », vol.6, au Calice (« Dante ») à Morgane (« Cezar »), bref, au monde qu’Alexandra Ivy a mis en place et à coté duquel il serait dommage de passer

Mais revenons à nos moutons et reprenons donc les aventures d’Ariyal et Jaelyn, qui font immédiatement suite à « Tane »
Ariyal est un sylvermyst. Alors qu’il voulait échapper, avec sa tribu, au Seigneur sombre, sa seule échappatoire, plusieurs siècles auparavant, fut de se refugier à Avalon, chez Morgane. (sobrement surnommée « la Salope » par l’ensemble des personnages du livre. C’est élégant !). Ave la victoire d’ Anna Randal (Vol 4 « Cezar ») les sylvermyst avaient pu échapper à la fae sadique.

Ariyal s’était alors promis de ne jamais retomber sous le joug d’un maitre, et de ne jamais laisser le Seigneur Sombre ressusciter. Il s’est également promis de laisser une femme s’amuser avec lui.
Jaelyn, quand à elle, est une chasseuse de l’Addonexus. Son devoir est de faire ce qu’on lui demande en matière d’assassinat et d’éspionnage, de préférence sans états d’ame.

Les sylvermyst étant connus pour avoir été les vassaux du coté obscur de la force, le conseil des oracles décide donc de s’en débarrasser, et c’est a Jaelyn que revient la mission de traquer Ariyal pour le faire comparaitre devant le conseil. Mais bien sur, tout ne va pas se passer comme prévu. D’abord parce Siljar (déjà rencontrée dans Cezar) vient changer la mission de Jaelyn, ensuite parce que bien entendu nos deux héros vont immédiatement se sentir attirer l’un vers l’autre. N’oublions pas qu’il s’agit de romance paranormale !

La dessus arrive Sergei ( le mage rencontré dans « Tane » et qui a enlevé l’un des jumeaux a la fin du volume précédent) qui ne trouve rien de mieux a faire que se faire prendre le bébé par Tearloch, un sylvermyst dissident, persuadé que le mieux pour les siens est de revenir du coté du Seigneur sombre.
Pour résumer : Jaelyn traque

, qui traque Tearloch, qui traque Sergei.

GE 8 [US] - AriyalAjoutons à cela Que Santiago suit une certaine Nefri, dont on devine en moins d’une demi seconde qu’elle sera sa compagne et qui est bien sure douée de grands pouvoirs, que Levet poursuit Yannah (rencontrée dans Cezar, la fille de Siljar), que Cassandra et Caine ont disparu, et que l’ennemi intime de Dante, Rafael est de retour. Ce qui nous permes de revoir Dante pendant une phrase. Ou deux.

Bref, tout cela se mélange pour partir dans tous les sens et donne l’impression qu’Alexandra Ivy sait exactement ou elle veut aller, mais ne sait pas comment l’amener. Ainsi on sait qu’il y aura un volume Santiago / Nefri et un volume Caine / Cassandra au moins. Et vu qu’un nouveau vampire apparait dans l’extrait du volume 9 , on peut parier qu’il aura aussi sa compagne, mais la trame crée avec les jumeaux semble se dissoudre dans cette amas de pistes que l’on arrive pas vraiment a relier entre elles.
L’histoire de Santiago, par exemple, semble totalement hors contexte et ne le fait pas apparaitre sous son meilleur jour. Personnellement, j’avais une envie folle de lui coller un bon coup de pieds aux fesse.

Bref, un volume en demi teinte qui se lit sans déplaisir mais qui peut déconcerter par son absence de focalisation.

Ceci étant, j’aime toujours autant la série et attend avec impatience le Cassie / Caine !!

 

Démonica, t.3 : Passion déchainée – Larissa IONE

D3  - passion déchaineeIl est un endroit où l’extase peut vous coûter la vie.

Serena Kelley doit son immortalité à un précieux talisman que de nombreux démons convoitent. Wraith en fait partie. Empoisonné par un vieil ennemi, il va mourir s’il ne s’en empare pas. Prêt à tout pour sauver sa peau, le seminus va entreprendre de séduire Serena afin de lui subtiliser l’amulette, au risque de mettre la jeune femme en danger. Un plan qui fonctionnerait à merveille si Wraith n’était pas sensible aux charmes de celle qu’il avait l’intention de sacrifier…

Voici donc l’histoire de Wraith, le plus agité des frères séminus. Wraith est le plus jeune, le plus bagarreur et le plus instable du trio. Surprotégé par ses frères Eidolon et Shade depuis que ceux-ci l’ont retrouvé à moitié mort, et à qui il voue une affection sans borne, ceux-ci ont payé cher les soins dont ils l’ont entouré.
Mais pour Wraith, dont la mère est devenue folle et qui l’a torturé pendant 20 ans, l’heure n’est pas encore venue de trouver la paix, d’autant que même sa s’genesis, qu’il attendait comme une forme de délivrance ou son esprit aurait coulé et ses frères auraient mis fin à ses tourments ne se déroule pas comme prévu.

A cela, il faut ajouter un quatrième frère, Roargh, qui continue d’empoisonner la vie du trio malgré sa disparition. Dans le cas de Wraith, il faut prendre cela au pied de la lettre quand un assassin lui inocule une toxine qui le tue progressivement et rapidement.

Le salut et la survie de Wraith reposent sur la virginité et le pouvoir de Serena Kelley, chasseur de trésor œuvrant pour l’aegis.

Seulement voila : Wraith ne s’en prend pas aux humaines, et très vite il comprend que celle-ci n’est pas une femme dont il peut se contenter de prendre la virginité en se moquant de son devenir.  C’est au moment ou il se rend compte qu’il est amoureux qu’il doit faire un choix douloureux pour sauver ses frères ou la femme de sa vie, et accessoirement sauver le monde dans la foulée.

Entre ancien ennemis démoniaques, nouveaux ennemis angéliques et découvertes familiales, il finira par comprendre que le choix ne lui appartient déjà plus.

Mea culpa concernant cette série. En lisant le premier volume, je m’étais dit qu’il y avait peu de chance que je m’intéresse d’avantage à la collection démonica. Il n’en est rien. Demonica appartient à ces séries dont le premier tome fait pousser un soupire désabusé et dont la suite se révèle beaucoup plus inspirée.

D3  [US]- passion déchainee  Bien sur, les fans ne pourront que voir les ressemblance avec les autres romans du genre, notamment avec la Confrérie de la dague noire qui fait référence en la matière. IL est ainsi impossible de ne pas faire le lien entre Zadhist et Wraith dans la construction du personnage. Mais contrairement au héros de J.R. Ward, Wraith à une vraie morale et des principes de vie malgré son caractère autodestructeur.

Le « jeune » séminus s’interdit en effet de faire du mal aux humaines, aux enfants, et plus généralement à ceux qui ne sont pas en état de se défendre. Il voue même une haine farouche à ceux qui s’en prennent à eux, sans pour autant devenir un défenseur de la veuve et l’orphelin.

Il a également une véritable affection pour ses frères, à part Roargh , ce qu’on peut comprendre, la ou son corolaire de la confrérie n’a qu’un sens du devoir. Aussi lui est-il très difficile d’accepter ce qu’on lui demande : prendre la vie d’une humaine ou perdre ce que lui et ses frères ont construit, voir perdre ses frères ?

J’avais beaucoup aimé l’histoire de Shade, ou l’on découvre vraiment la profondeur des liens entre les trois frères, mais il était basé sur une histoire sombre. Celle de Wraith, à l’inverse, se passe sous le soleil de l’Egypte, et nous entraine dans un récit à cheval entre le fantastique et l’aventure. On s’attend presque à voir apparaitre un archéologue porteur de fouet ou entendre le bruit des pièges qui s’enclenchent.

Trois héros, trois ambiances différentes. Il n’y a pas à dire, cette série me plait de plus en plus et j’attends avec curiosité l’histoire de Lore, même s’il est dommage que celle de Kynan ait été traitée en filigrane dans les trois premiers romans. Ceci dit, le livre veut nous faire passer un bon moment et y arrive parfaitement. Objectif rempli !

Ceux qui aiment le genre peuvent se lancer sans risque dans ce « Passion déchainée ». Les autres n’auront aucun remord à passer à autre chose.

A lire sans bouder son plaisir.

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 décembre 2012 dans Demonica, Livres, Romance Paranormale

 

Nuit de sang , Belladone t.1 – Michelle ROWEN

Jillian était une fille sans histoire jusqu’à ce qu’on la prenne en otage. Désormais, il ne lui reste plus qu’un choix à faire : mourir des mains de Declan, l’assassin dhampire qui la retient prisonnière, ou succomber aux effets secondaires du poison qu’on lui a injecté : la Belladone. Un venin qui fait d’elle l’arme ultime dans la guerre contre les vampires. Le seul espoir de Jill consiste à convaincre son kidnappeur de la relâcher, mais comment toucher le coeur d’un homme qui n’a jamais ressenti aucune émotion ?

 

Cela fait un moment que je suis crise de lecture avec un mal fou a trouver un livre qui me plaise et m’entraine au moint de ne pas pouvoir raccrocher avant de l’avoir fini. Avec ce premier volume, cette crise semble terminée et c’est avec bonheur que l’on ferme le livre en se disant « vite la suite ! »

 

Car ce Belladone est plus que prenant. Jillian, Jill pour les amis, ne pensait pas se faire enlever un jour par un damphire ni devenir le pire cauchemar des vampires auxquels elle ne croit pas. D’autant que malgré son air de dangereux psychopathe à la gâchette facile, ses cicatrices, Declan Reyes attise quelque chose en la jeune femme qui pourrait bien provenir d’un syndrome de Stockholm naissant … ou d’autre chose. Que cache Declan derrière son mystérieux sérum ? Que veulent réellement ses sauveurs ? Et surtout Jill réussira t elle a se tirer vivante d’une guerre dont elle connait a peine les origines ?

 

Autant l’avouer, ce livre est un pur ouvrage de divertissement. Ca bouge, ça se bat, ça crie et ça s’embrasse. Rien n’est vraiment inattendu et on devine vite les tenants et les aboutissants de l’histoire, mais la n’est pas son interet. On a envie de le finir, de voir évoluer les personnages, de chercher si ce qu’on avait deviné était bien la vérité. Alors oui il y a bien quelques éléments sur lesquels je me suis trompée, mais dans l’ensemble on devine vite.

Encore une fois, peu importe car l’adage « ce n’est pas la destination qui compte mais le chemin pris pour y arriver » prend tout son sens. On cherche moins la fin du livre que la façon dont l’auteur nous y emmène, dans un typhon d’action.

 

Les personnages sont tous classiques dans leur représentation, et pourtant tous on quelque chose qui fait qu’on les apprécie … ou qu’on les déteste. La bipolarité imposée de Declan, la force cachée de Jill, la bonne humeur de Noah, et même l’arrogance de Matthias font de la galerie des personnages des individus dont on a envie de connaitre plus de choses.

 

Si ce livre n’est sans doute pas celui qui marquera l’année 2012, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un très bon roman qui atteint parfaitement sa cible : faire passer au lecteur un bon moment qui lui donne envie de suivre la suite des aventures de nos héros.

Cerise sur le gâteau, Michelle Rowen ne s’étend pas sur les scène de sexe (deux dans le livre dont une avortée) et ça fait du bien de penser que la bit-lit ne se fait pas uniquement sur la libido de ses héros.

 

Pour résumer, un bon livre a dévorer sans honte et qui , ce qui ne gâche rien, bénéficie d’une superbe illustration de couverture (Enfin !! Anne Claire Payet retrouve un style qu’elle semblait avoir perdu avec Riley Jenson, Midnight et Psy changeling.)

 

A lire pour passer un bon moment !

Et maitnenant que j’y songe, il faut que je termine mes autres livres commencés …..

 

 

 

Les Gardiens de l’Eternité, t. 7 : Tane – Alexandra IVY

« Elle était sa cible. Elle deviendra sa compagne.

Tane est un Charon. Son rôle : traquer et tuer les parias vampires. Sa nouvelle mission : capturer Laylah, mi-humaine mi-djinn. Un jeu d’enfant selon lui. Il n’avait pas prévu que la fragilité de la jeune femme le toucherait en plein coeur.

Mais avant de la séduire, il devra lui sauver la vie : de dangereux ennemis approchent, bien décidés à éliminer Laylah. Car le bébé qu’elle protège comme s’il était le sien est la clé de l’apocalypse. »

 

Voici le premier livre de la série qui m’ai demandé de m’y atteler pour le finir. En règle générale, je m’attache très vite aux vampires et leurs charmantes compagnes. Tan est l’exception qui confirme la règle.

 

Mais revenons au livre : Laylah est une hybride de djinn et d’humain, une créature déclarée à abattre par le Conseil. Alors que Salvatore, le roi des garous, va sauver sa reine, Tane, le Charon, l’exécuteur de vampire, se lance à la poursuite de la Djinn qui s’est enfuie dans les souterrains avec Caine, le bâtard messianique.

Pour faire simple, Laylah se sauve devant Tane. Condamnée par le conseil, poursuivie par un vampire pas commode, elle s’est donné comme mission de protéger un mystérieux bébé enveloppé dans un sort de stase.

A ceci, elle doit ajouter une tante vampirique acariâtre, un mage pas franchement courageux, des elfes et le retour d’une race disparue, les Silvermyst.

Et pour rester dans la romance paranormale, Tane et Laylah ne tarderont bien entendu pas à éprouver l’un pour l’autre de tendres sentiments qui commenceront comme il se doit par quelque chose de beaucoup moins romantique.

 

Autant le dire, si les livres précédents pouvaient se lire indépendamment  les uns des autres, ce n’est pas le cas de ce Tane. Avec Jagr et Salvatore, ils forment un tryptique dont les actions sont presque simultanées et toutes reliées les unes aux autres, les trois aventures ramenant à celle de Caine et Cassandra, qui se profile

 

A dire vrai, c’est la première fois, dans une aventure des Gardiens de l’Eternité, que je n’arrive pas à m’attacher au personnage principal. On ne peut pas dire que les personnages d’Alexandra Ivy soient originaux et le genre littéraire regorge de personnages semblables, à commencer par la Confrérie de la Dague Noire de JR Ward, mais Tane semble beaucoup trop caricatural. La ou Styx, Viper et Jager on du style et de la repartie, il semble n’avoir aucun relief.

Bon d’accord. J’avoue aussi que le fait de le voir décrit comme sempiternellement habillé d’un short kaki avec un couteau dans la ceinture et une coiffure iroquoise ne m’a pas vraiment enflammé l’imagination. La ou Viper à l’air classe, Styx puissant et Jagr …. Jagr, Tan a l’air d’être un Hulk qui s’est trompé de comics.

Pourtant, les couvertures, surtout la française, laissait penser a du beau jeune homme mais non rien à faire. je n’arrive pas a voir Tane autrement que comme une grosse brute pas très finaude!

 

Pourtant, l’histoire avec l’enfant et la trame qui se mettent en place sont loin d’être inintéressantes et présagent des rebondissements, mais rien a faire. Jusqu’à la rencontre finale, j’ai du me forcer à continuer. Ce n’est qu’au moment ou se révèle une partie du secret de l’enfant et l’arrivée des Silvermyst que j’ai commencé à me réveiller …. Pour me rendre compte que le livre était quasiment fini.

 

Alors oui, ce Tane n’est pas à la hauteur des autres, mais je ne raterai pas le prochain mettant en vedette Djaelyn et Ariyal, par ce que … tout simplement parce que j’aime cette série, et que la trame qui se met en place est prometteuse !

 

Pour résumer, Non Tane n’est pas le meilleur roman de la série, la preuve on ne voit même pas Viper, mais il faut le lire ne serait ce que pour voir l’édification d’une nouvelle dimension du monde des Gardiens.

 

A réserver aux fans de la série.

 

Angelia, la saga des anges t.2 : Amour d’enfer – J.A.CURTOL

« Silvy est devenue une ange noire, son destin est aux enfers, mais se pourrait-il que l’enfer lui réserve d’autres surprises que le mal ? L’amour peut prendre les traits de bien des personnes inattendues…Pour Gabriel et Alysia, la bataille contre le mal n’est pas terminée… En tant que nouveaux archanges, ils doivent faire face à leur responsabilité, tout en préservant leur amour… « 

 

La suite des aventures d’Alysia et Gabriel. A dire vrai, la ou le premier opus était prometteur, ce second s’avère beaucoup moins prenant. Pourquoi ? D’une part la longueur. La ou le premier volume fait environ 150 pages sur ma petite liseuse, le second … en fait 49 en caractère minimum.  On pourra me retorquer que la longueur d’un livre n’en a jamais fait la qualité et j’en serai d’accord. J’en viens donc à mon second point. Le style, le phrasé la construction de ce deuxième opus laisse à penser qu’il a été rédigé directement a la suite du premier, et l’impression qui en ressort … est qu’il s’agit de chapitres pas finis au moment de mettre « sous presse » le premier volume.

Et c’est frustrant, parce que l’ensemble forme un tout cohérent et lancé. Alors pourquoi avoir voulu faire ces quelques chapitres en second volume ?

 

Reprenons l’histoire : ALysia, à moitié ange, a suivi son Gabriel dans la cité d’Angélia. Mais tout ce n’est pas bien passé et ils ont fini par plonger dans la Cascade de l’Oubli. Quand à Silvy, notre ange jalouse, elle a été appelée par la maison d’en face.

 

Ce second volume voit le retour de nos amoureux et les décisions morales de Silvy, qui va vivre le grand amour avec un certain Aiden, qui n’est personne d’autre que le grand patron des enfers et que beaucoup connaissent sous ne nom de Satan..

Chacune de son côté doit prendre des décisions concernant son avenir et son amour, quitte à laisser quelque chose d’important en chemin.

 

Avouons le, ce second volume est presque entièrement centré sur la romance de Silvy. Celle d’Alysia fait pale figure en comparaison du coté enflammé des enfers, sans mauvais jeu de mot.

Mais la encore, preuve de la continuité d’écriture, l’auteur se laisse entraîner par ses pensées en laissant de coté un certain nombre d’éléments pour en arriver a ce qui l’intéresse. Je ne vais pas en dire plus, sinon que question style, je vous renvoie à la critique du premier opus.

 

Certain trouverons peut être la fin un peu bisounours, et c’est surtout cette fin qui donne l’impression de livre en kit.

Ce qui ne change rien au fait que j’ai acheté «Sang-mêlée, la dernière des anges» de la même auteur dans la foulée et que je compte bien l’apprécier !

 

Mon conseil ? A découvrir si ce n’est fait, mais achetez les deux volumes en une fois pour éviter la frustration du second, beaucoup trop court.

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 octobre 2012 dans Livres, Romance Paranormale